• Fiction "le loup"

    La vérité

                   

    Je me suis piégée toute seule. Je dois me rendre à l’évidence je ne peux plus me voiler la face, j’ai fait une erreur…encore… Pour pas changer. Voilà que je me retrouve avec moi-même. Je suis dans une pièce blanche, enfin à la base elle l’était, Un hôpital Psychiatrique ? Non je vous rassure je ne suis pas plus folle que vous, sauf si pour vous la folie relève de la vérité que vous cachez derrière vos mensonges. Quelqu’un m’as dit un jour « Le pire des mensonges est de se mentir à soit même »  dites-moi qui ne s’est pas déjà menti ? Moi a un moment je l’ai fait tous les jours, pour fuir les blessures de la vie, mais j’ai fatigué… et la vie m’a giflée, et telle un animal blessait, comme ce loup noir en face de moi, je me suis braquée, pour éviter de blessait d’autre personne par ma haine, pour éviter la vengeance j’ai recommencé à fuir, mais Mon être est divisé et aujourd’hui par les actions contradictoires des deux instincts  je me suis piégée moi-même et me retrouve donc dans cette pièce froide, blanche en compagnie de ce loup noir. A de nombreuse reprises le loup et moi nous sommes battus, ainsi teintant contre mon grés cette pièce de rouge. Il n’y avait aucune échappatoire come il n’y en a toujours pas, le haut plafond, détient notre seul source lumineuses depuis des jours, cette lumière crue fait ressortir beaucoup plus les taches sur les murs salies. La bête, elle est grande imposante bien couverte de poil noir luisant, mais quelque peu dérangé par cis par la, par quelques blessures de guerres. Je veux sortir de cet endroits, ou au moins que le loup sorte, je suppose qu’il n’a rien demandé. Pourquoi se jette-t-il sur moi comme ça je lui ai rien fait, ce qui est spécial lors de nos luttes, c’est qu’il n’est pas plus fort que moi, parce que sinon ça ferai longtemps qu’il m’aurait transformé en steak. Je me demande encore combien de jour cette mascarade va encore durer. J’ai juste un couteau à ma disposition, mais je ne veux pas l’utiliser contre le loup alors dans les murs, je grave, je grave comme pour raconter a personne ce que je vis tous les jours avec ce loup à mes coter mais j’ai quelque temps à rattraper. Commençons par les premiers jours. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :